Forum d'entraide en sciences
Bienvenue sur le forum d'entraide en sciences ! Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à l'intégralité du forum ou connectez-vous si c'est déjà fait !

Bonne visite !

MEDICAMENTS CONTRE LES CHAGRAINS D'AMOUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Annonce MEDICAMENTS CONTRE LES CHAGRAINS D'AMOUR

Message par AmineFSSM le Jeu 24 Jan 2008 - 21:20

MEDICAMENTS CONTRE LES CHAGRINS D’AMOUR



INTRODUCTION :

A notre époque les scientifiques ne valorisent plus la tristesse et la frustration sentimentale, ils veulent les combattre comme des maladies par la chimiothérapie.
Il ne s’agit pas des « pilules de bonheur » ces tranquillisants qui ne font qu’anesthésie provisoirement l’ongoïsse sans toucher à ses causes. Ce qui conduit parfois à des dépressions irrémédiables.
Dr LIEBOWITZ part de ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous somme heureux ou malheureux en amour.
Les substances qui agissent sur le psychisme qu’il s’agissent de médicament ou simplement du café, du tabac ou d’alcool ou encor de drogue comme la cocaïne ou l’héroïne qui ne font que perturbé les réactions affectives. Les émotion agissent de la même manière en poussent le cerveau à élaborer des substances qui augmentent ou freinent les circuits nerveux responsable de l’affectivité c’et à dire du plaisir ou de la souffrance.

LES SUBSTANCES CLEF DANS L’HUMOUR :

Deux substances sont en effet principalement utilisées par le système limbique pour mettre en mémoire les impacts émotionnels qu'il reçoit :

la dopamine, qui est la substance clef du système de plaisir du cerveau;
la sérotonine ou 5 HT, qui joue un rôle fondamental dans la régulation de l'humeur;

LES DROGUES ENDOGENES :

L'activité des morphines endogènes, endorphines et encéphalines, se répartit de la façon suivante :

Les encéphalines agissent uniquement contre la douleur ;
L’α-endorphine a un effet tranquillisant en plus de son action antalgique ;
L’a γ-endorphine a une fonction de régulation des comportements agressifs ;
L’a β-endorphine possède des propriétés euphorisantes et sédatives.

ROLES DES DROGUES ENDOGENES :

Le rôle que peuvent jouer les morphines naturelles de notre cerveau, au sein d'un ensemble nerveux et hormonal centré sur les phénomènes de la douleur et du plaisir, ainsi que sur l'émotivité et l'affectivité, comporte des implications formidables. C'est en effet toute la régulation de notre comportement, envers nous-mêmes, mais surtout envers les autres, qui se trouve ainsi liée à ce que l'on a appelé les propriétés psychoactives des endorphines.

o Agissent contre les sensations douloureuses, non seulement en bloquant le passage de l'influx douloureux dans la moelle épinière, mais aussi en augmentant la tolérance individuelle à la souffrance par leur action au niveau du cerveau ;
o Permettent de ne plus sentir la douleur en cas de stress intense mettant en jeu la vie de l'individu;
o Modulent la sécrétion par le cerveau de certaines substances utilisées par les neurones, appelées les neuromédiateurs, augmentant ainsi, par exemple, la sécrétion d'adrénaline en cas d'excitation ou diminuant celle responsable de l'anxiété ou de la douleur (appelée substance P);
o Régulent leur propre sécrétion par la glande hypophyse, mais elles y modifient également la synthèse des hormones de stress qu'elles ont tendance à diminuer;
o Agissent au niveau de notre cerveau émotionnel, le système limbique, mais aussi au niveau de notre cerveau « intelligent » en induisant dans les deux cas une amélioration des performances et des comportements accompagnée d'une tendance à l'euphorie.


PERIODE DE L’AMOUR :

La période d’amour ce caractérisent par :
• une augmentation marquée du fonctionnement des catécholamines;
• Activations répétitives du système de plaisir;
• Décharges d’endorphines
• Recherche répétitive de la situation exclusive qui fait décharger les endorphines (présence de l’être aimé)

LE PROBLEME :

Comme pour tout dépendance opiacée, le décharge répétée d’endorphines au gré de la stimulation semblable est vouée au mécanisme de « tolérance ».
Lorsque la membrane poste synaptique porteuse des récepteurs aux opiacés est stimulée à répétition pendant une certaine durée, elle subit une transformation biologique dont les résultats est qu’elle réagit de moins en moins à des doses identiques. Lorsqu’il s'agit des drogues exogènes, le sujet augmente ses doses pour compenser la baisse de plaisir, lorsqu’il s’agit d’endorphines il semble que l’organisme ne puisse augmenter son rythme de production au delà d’une certaine limite.
Le plaisir diminue, le désenchantent ou l’ennui lui succède et la séparation menace.
CHAGRIN D’AMOUR :

Il arrive souvent qu’un des membres des couples atteigne la phase d’ennui alors que l’autre est en plein attachement, la répture alors pour ce dernier une véritable douleur biologique de sevrage opiacé brutal, l’observation du comportement montre la ressemblance étroite de l’angoisse du drogué en « manque » avec celle de l’amant(e) abandonné(e).
Les scientifique attache une grande importance à une région du tronc cérébrale qui semble effictivement jouer un rôle essentiel dans les phénomènes de sevrage opiacé, il pourrait être la « clef » du système de l’anxiété et de la souffrance, tout comme le septum serait celle du système de plaisir.

HYPOTHESE :

Ce petit noyau est entouré de neurones producteurs d’endorphines, qui contrôlent son activité.
A l’état normal il le maintient en rythme de fonctionnement ralenti,
A l’état de chagrin il est libérer de son frein, le locus coeruleus entre dans une phase d’activation exacerbée on déchargent des substances P qui sont des neuropeptides modulateurs tout comme les endorphines mais action opposée à leurs et il est considérer le substrat biologique de la douleur physique et morale.

MEDICAMENTS CONTRE LES CHAGRINS D’AMOUR :

Si le chagrin d'amour repose sur une perturbation biochimique, il doit être possible de le traiter. C'est effectivement le cas. Nous disposons à l'heure actuelle de médicaments, nommés thymoanaleptiques, c'est-à-dire stimulants de l'humeur, qui agissent sur les neurotransmetteurs impliqués dans la tristesse et la dépression.
Ce sont les antidépresseurs. Ils agissent sur des synapses des circuits nerveux utilisant ces catécholamines, dopamine, sérotonine, noradrénaline ; appelées aussi « monoamines », de plusieurs façons.
Ils peuvent :
• diminuer leur dégradation dans la fente synaptique par la MAO ou monoamine (il s'agit alors d'inhibiteurs de la MAO ou IMAO ; très efficaces, ils posent cependant de nombreux problèmes de tolérance ;
• augmenter la sécrétion initiale par le neurone de ces neurotransmetteurs ou bloquer le « récaptage économique » qu'il effectue normalement immédiatement après les avoir largués dans la synapse (en empêchant ce récaptage, ils augmentent la quantité en action dans la fibre synaptique ; on appelle ces médicaments les antidépresseurs tricycliques.

CONCLUSION :

Comme on vue le chagrin d’amour qui à été considérer depuis lange temps une état d’esprit irrémédiable; aujourd’hui et grasse aux progrès de la norochimie les scientifique ont pu résoudre se mystère et il est devenu comme une simple maladie qu’on peut guérir.
Aujourd’hui il y a des médicament contres les chagrin d’amour, espérons que demain on aura des pilules pour rester on amour.

[img][/img][center]
avatar
AmineFSSM
Membre
Membre

Masculin Nombre de messages : 15
Age : 33
Localisation : Maroc
Profession / Etudes : Etudiant Master Chimie des molécules organiques bioactives
Points : 3577
Date d'inscription : 22/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum