Forum d'entraide en sciences
Bienvenue sur le forum d'entraide en sciences ! Inscrivez-vous gratuitement pour accéder à l'intégralité du forum ou connectez-vous si c'est déjà fait !

Bonne visite !

La théorie de l’interaction gravitomagnétique

Aller en bas

La théorie de l’interaction gravitomagnétique Empty Re: La théorie de l’interaction gravitomagnétique

Message par LANGLOIS le Ven 5 Juin 2009 - 16:16

lis moi ça :
La théorie de l’interaction gravitomagnétique

La théorie de l’interaction gravitomagnétique permet une unification des interactions gravitationnelles et électromagnétiques. Ces deux interactions opèrent donc de la même façon et tous les corps soumis à cette interaction réagissent de la même manière. Les corps créant cette interaction libèrent de l’énergie sous forme de particules. Cette énergie a été « distribuée » à chaque particule après la période du Big Bang. Cette énergie correspond à une instabilité énergétique, donc toutes les particules dotées de cette énergie cherchent à s’en séparer. Mais l’Univers n’a pas toujours contenue des particules énergétiquement instables, en effet, il a existé un Univers dit à énergie zéro où tous les corps présents possédaient une énergie pure (ou neutre). La conversion de l’énergie pure en énergie instable lors de la période du Big Bang donna naissance à l’Univers tel que nous le connaissons.

I - L’Univers à énergie zéro

L’Univers à énergie zéro n’était composé, contrairement à aujourd’hui, que de corps à énergie pure (ou neutre). L’interaction gravitomagnétique était donc inexistante. En effet, les corps ne cherchaient donc pas à perdre leur énergie. Puis, lors de la période du Big Bang, une grande partie de cette énergie a été convertie en énergie instable. Les corps ont alors respecté le principe d’unicité pure, en effet ils ont cherché à perdre leur énergie pour redevenir stables énergétiquement. L’interaction gravitomagnétique a alors existé. L’Univers que nous connaissons n’est alors plus à énergie zéro. Le but de notre Univers est de revenir à énergie zéro. Les corps cherchent donc à perdre leur énergie interne. L’énergie qu’ils libèrent étant captée par d’autres corps puis renvoyée par ces capteurs, notre Univers est le témoin d’échanges constants d’énergie. Les particules s’échangeant de l’énergie ont été créées par collision entre des photons. En effet, la collision entre deux photons permet une division de l’énergie portée par le photon en énergie chargée et l’énergie externe du photon se convertie en énergie neutre donnant la masse aux particules nouvellement créées. Ainsi, les particules créant l’interaction gravitomagnétique peuvent être créées à partir de particules ne créant pas cette interaction.

II - La libération d’énergie

Toutes les particules créant l’interaction gravitomagnétique cherchent à perdre leur énergie pour devenir stables énergétiquement. Les effets de cette interaction étant différents, il existe plusieurs sortes d’énergie d’interaction :
- L’énergie positive, contenue dans les particules à charge strictement positive.
- L’énergie négative, contenue dans les particules à charge strictement négative.
- L’énergie neutre, contenue dans toutes les particules possédant une masse non nulle.
Les énergies positives et négatives sont des énergies dites instables. Les termes positifs et négatifs ne sont pas à prendre dans le sens de la charge. C’est-à-dire que la charge n’est pas expliquée par une énergie chargée. Les termes positifs et négatifs ne sont qu’appellation des énergies. Ils ne définissent pas leur nature.
L’énergie neutre est composée d’une alliance d’énergie positive et d’énergie négative. On peut alors dire qu’il n’existe que deux sortes d’énergies : les énergies positives et négatives.
L’interaction électromagnétique est portée par le photon portant lui-même de l’énergie instable. L’interaction gravitationnelle est créée par une libération d’énergie neutre par la particule créant cette interaction. La particule portant cette énergie neutre est donc de masse nulle. Plus un corps possède une masse importante et plus il émettra d’énergies neutres. En effet, la particule portant l’énergie neutre de l’interaction gravitationnelle porte toujours la même quantité d’énergie. L’intensité de l’interaction gravitationnelle créée par un corps de masse non nulle ne dépend donc pas de chaque particule à énergie neutre mais de leur nombre.
Lorsque l’on parle de libération d’énergie, ceci implique une perte d’énergie. Donc les corps créant l’interaction gravitomagnétique perdent continuellement de l’énergie. Seulement, ceux-ci étant entourés d’autres corps, ils regagnent de l’énergie. Ils existent donc des échanges constants d’énergie entre les corps. Cela signifie que si un corps de masse non nulle et de charge nulle était seul dans l’Univers, il ne ferait que perdre de l’énergie, il finirait donc par se détruire. Le même phénomène peut être observé avec un corps de charge non nulle.


Tous les corps possédant une énergie (instable ou neutre) réagissent d’une façon analogue aux énergies d’interaction. En effet, tous sont animés d’un mouvement lorsqu’ils captent une énergie d’interaction.

III - L’interaction électromagnétique

L’interaction électromagnétique est portée par le photon, particule de masse nulle. Cette particule porte ainsi une énergie instable qui réagira avec d’autres énergies pour donner naissance à cette interaction. L’énergie instable est libérée de la particule la portant par principe d’unicité pure (® principe d’unicité pure : principe d’après lequel l’énergie neutre cherche toujours à s’éloigner de toutes autres énergies instables, ainsi, une plus grande surface est couverte par l’énergie neutre et l’Univers se rapproche ainsi plus d’un Univers à énergie zéro. Ce principe explique également le fait que les énergies instables soient libérées des particules, en effet, si l’énergie neutre cherche à s’en éloigner, l’énergie instable peut être libérée et non l’inverse. En effet, si A s’éloigne de B, alors B s’éloigne de A).
Pour montrer le mécanisme d’interaction électromagnétique, on prendra un système de deux électrons que l’on nommera A et B. Ces deux électrons possèdent de l’énergie instable résultant de leur charge électrique.
D’après le principe d’unicité pure, l’énergie instable est libérée par A dans toutes les directions, y compris dans la direction de B. L’énergie instable est donc captée par B. Le but de B est de se séparer de son énergie instable. Il va donc renvoyer l’énergie captée en direction de A d’après le principe d’unicité pure (si les énergies instables se regroupent en un emplacement, la surface occupée par l’énergie instable sera minimale, l’Univers se rapprochera donc d’un Univers à énergie zéro). Ainsi d’après le principe d’action-réaction, B va s’éloigner de A. Puis, A va réémettre de l’énergie instable vers B. D’après le même principe d’action-réaction, A s’éloignera de B. Donc si deux corps de charge identique se repoussent, c’est parce que les énergies instables émises par ces deux corps s’attirent.
L’émission d’énergie instable se fait par A et B en un même temps.
Deux corps chargés sont soumis l’un à l’autre à l’interaction gravitomagnétique. Si la distance entre ceux-ci augmente, l’intensité de cette interaction sera moindre. La distance à mesurer est alors celle entre les deux centres électriques des deux corps considérés. Le centre électrique d’un corps chargé est l’équivalent du centre de gravité pour les corps de masse non nulle. Pour les particules élémentaires chargées, la répartition d’énergie par rapport à leur volume est homogène, leur centre électrique est donc confondu avec leur centre géométrique.
Comme dit précédemment, la charge des corps correspond à une énergie instable. Les corps de charge non nulle possèdent donc une charge du fait de cette charge. Cette énergie est égale à :
Eq = q x T

Avec : Eq : l’énergie électrique correspondant à l’énergie des corps du fait de leur charge, en Joules ;
q : la charge du corps considéré, en Coulombs ; T : la constante électrique, T = 1,908.1036m4.Kg.C-1.s-4
C : la célérité, c = 299792458 m/s.

IV - L’interaction gravitationnelle

L’interaction gravitationnelle est portée par une particule portant elle-même de l’énergie neutre. L’énergie neutre est émise par les particules de masse non nulle d’après le principe d’unicité pure (l’énergie neutre s’éloigne pour couvrir la surface la plus grande pour que l4univers se rapproche d’un Univers à énergie zéro) étant donné que la masse n‘est qu’énergie neutre. Cette énergie est à l’origine de l’interaction gravitationnelle.
Pour montrer le mécanisme d’interaction gravitationnelle, on prendra un système de deux corps quelconques de masse non nulle que l’on nommera A et B. Ces deux corps possèdent une énergie neutre résultant donc de leur masse.
D’après le principe d’unicité pure, l’énergie neutre est émise par A dans toutes les directions. Cette énergie est alors captée par B. B va alors réémettre cette énergie dans le direction totalement opposée à celle où l’énergie est entrée d’après le même principe d’unicité pure. Donc, d’après le principe d’action-réaction, B va se rapprocher de A. Puis, B va émettre de l’énergie neutre en direction de A. En suivant le même mécanisme, A va se rapprocher de B.
L’émission d’énergie neutre se fait par A et B en un même temps.

V - Le mouvement

Tous les corps soumis à l’interaction gravitomagnétique est animé d’un mouvement aux caractéristiques précises. Les corps acquièrent une certaine vitesse en fonction de leur masse, donc en fonction de l’énergie d’interaction procurée à ces corps. On peut déterminer l’énergie d’interaction donnée par A à B en fonction de la distance les séparant grâce à l’énergie donnée par unité de masse du corps recevant cette énergie Ax :
Ax = m x r² x G
d² x M
Avec : Ax : l’énergie donnée par rapport à l’unité de masse des autres corps soumis à l’interaction gravitomagnétique, en m².s-2 ; m : la masse du corps donnant l’énergie qui sera calculée par unité de masse, en Kilogrammes ; r : la constante de distance, 6,378.106 m ; G : La constante énergétique, 9,81m².s-2 ; d : la distance entre le centre de gravité du corps et le point désiré, en mètres ; M : la constante massique, 6.1024Kg.
C’est grâce à cette énergie par unité de masse que l’on peut déterminer l’énergie qu’un corps A acquiert grâce à un second corps B. Cette énergie est égale à :
Ea/b = mA x mB x G x r²
d² x M
La vitesse qu’un corps acquiert est définie en fonction de l’énergie obtenue de par un second corps. D’après le mécanisme d’interaction gravitomagnétique, les corps se déplacent grâce à l’obtention d’énergie d’interaction. Donc la vitesse acquise par un corps recevant de l’énergie est égale à :


v² = 2Ei
m
Avec : v : la vitesse acquise par le corps considéré grâce à l’énergie d’interaction qu’il a reçu, en m.s-1 ; Ei : l’énergie d’interaction reçue par le corps considéré, en Joules ; m : la masse du corps considéré, en Kilogrammes.
La vitesse d’un corps ne peut rester identique au cours du temps, en effet, dans le cas d’une attraction, la vitesse du corps considéré va se rapprocher du second corps et sa vitesse va alors augmenter au cours du temps. S’il s’agit d’une répulsion, le corps considéré va s’éloigner du second corps et sa vitesse va alors diminuer. La vitesse peut alors être définie grâce à la fonction suivante :
V(Ei) = Ö (2Ei / m)
Si la masse du corps est égale à 2Kg, la vitesse du corps augmente selon les variations de la fonction racine carrée. La fonction V n’est exploitable que dans le cas d’une attraction, donc que si la distance entre les deux corps du système étudié diminue en fonction du temps.
On peut déterminer explicitement l’énergie entrant en jeu lors de l’interaction gravitomagnétique par la relation suivante :
Ea/b = Ea + Eb x G

Avec : Ea/b : l’énergie mise en jeu lors de l’interaction gravitomagnétique entre deux corps considérés, en Joules ; Ex : l’énergie portée par le corps x, cette énergie peut être neutre(masse) ou instable(charge), en Joules ; d : la distance entre les deux centres de gravité ou centres électriques, en mètres ; G : la constante énergétique = 7,392.10-28

VI - Le photon

Le photon est la particule portant l’énergie neutre qui est l’énergie stable de notre Univers. Il porte de l’énergie neutre, il permet donc l‘existence de l‘interaction gravitomagnétique. Mais cette action est trop faible étant donné que l’énergie neutre qu’il porte est présente en très petite quantité. Seuls les particules à faible masse peuvent être soumises de façon significative à cette action. Lors de phénomène radioactifs à désintégration gamma, le noyau lourd initial se désintègre en deux atomes plus petits et émet des rayons gamma. Il perd donc de la masse (énergie neutre) à travers le photon à énergie gamma.
Aussi, la collision entre deux photons engendre la création d’une particule de matière et d’une particule d’antimatière. La création de ces particules provient de la transformation d’une grande partie de l’énergie neutre portée par le photon en énergie instable leur donnant leur charge. Lorsque deux photons se percutent, une grande partie de l’énergie neutre (énergie positive + énergie négative) qu’ils portent se séparent en énergie positive et en énergie négative. D’après le principe d’unicité pure, les énergies négatives et positives se concentrent, permettant ainsi l’existence de la charge des particules formées. La petite quantité d’énergie neutre n’étant pas séparée constitue la masse de ces particules. Ainsi, on observe la formation d’une particule de matière et d’une particule d’antimatière. On peut aussi observer le phénomène inverse. Lorsqu’une particule de matière rencontre une particule d’antimatière, celles-ci s’annihilent en un flux de photons. En effet, lorsque les deux charges opposées se rencontrent en quantité égales, les deux énergies se regroupent d’après le principe d’unicité pure et forment ainsi de l’énergie neutre sous forme de photons. Cette réaction permet donc la création de photons qui seront émis dans des directions totalement différentes d’après le principe d’unicité pure. En effet, l’énergie neutre cherche à couvrir la surface la plus grande pour que notre Univers revienne à énergie zéro.

VII - L’équivalence masse-charge-énergie

La masse et la charge ont un point commun, ces ont toutes deux de l’énergie. Il existe donc une relation permettant de retrouver l’équivalent énergétique massique d’une énergie électrique. En effet, soit un corps d‘énergie électrique Eq, l’équivalent énergétique massique de l’énergie électrique correspondante est égale à :
Em = Eq x H
Avec : Em : l’énergie massique correspondant à l’énergie électrique considérée, en Joules ; Eq : l’énergie électrique du corps considérée, en Joules ; H : la constante d’équivalence énergétique = 4,245.10-3.
Cette relation permet de relier les énergies massiques et électriques. Ceci ne signifie pas qu’un corps qui possède une masse possède forcément une charge. Cette relation montre seulement qu’un corps de masse non nulle et de charge nulle a une énergie équivalente à un corps chargée de masse nulle précis.












LANGLOIS
Membre
Membre

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 27
Localisation : France
Profession / Etudes : Lycéen
Points : 3706
Date d'inscription : 04/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

La théorie de l’interaction gravitomagnétique Empty Re: La théorie de l’interaction gravitomagnétique

Message par LANGLOIS le Sam 6 Juin 2009 - 20:47

dsl, le fait d'envoyer la théorie a décalé tous les dénominateurs dans les relations.

LANGLOIS
Membre
Membre

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 27
Localisation : France
Profession / Etudes : Lycéen
Points : 3706
Date d'inscription : 04/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum